Boun That Luang ບຸນພະທາດຫຼວງ

La fête du Pha That Luang rend hommage à la relique du Bouddha enfermée dans le grand reliquaire. Cette fête marque également la fin de saison de récolte de riz.

Le boun That Luang est assurément l’une des 3 fêtes les plus honorées au Laos car elle représente le symbole national et figure sur ses armoiries et ses billets de banque. Chaque ville ou village a son That Luang (grand stûpa en laotien).  Celui de Vientiane construit en 1566 est évidemment le plus grand et le plus beau.

Pendant une semaine, une foule innombrable se regroupe et défilent autour du Stupa Pha That Luang. Ils portent pour cette occasion des pagodons (temples miniatures), fabriqués à partir de tiges de bananiers et décorés de fleurs, des jeux de Ti Khi (jeu de mail rituel), des courses de petits chevaux et une vaste foire ont lieu à cette occasion, avec stands musicaux, guinguettes, jeux d’adresse etc.

Venus de tous les pays Bouddhistes, les bonzes se réunissent chaque jour du festival pour recevoir les offrandes des fidèles qui se comptent par milliers pendant la cérémonie du Takbat au cours de laquelle de nombreux moines reçoivent des aumônes.

Au départ prévue pour durer 3 jours, la fête s’étend en fait durant 1 semaine à Vientiane durant laquelle seront tirés des feux d’artifice (apanage des seules grandes fêtes Laotiennes). Ils couvriront, pour quelques instants, le bruit infernal des sonos crachant la musique traditionnelle dans un brouhaha assourdissant. La fête se termine par un grand feu d’artifice embrasant le Stupa.

Histoire : selon la légende, l’origine du site remonterait au IIIe siècle : des envoyés de l’empereur indien Açoka auraient apporté le sternum de Bouddha et un stupa aurait été construit pour recevoir cette relique. Cependant, les recherches effectuées n’ont pas mis en lumières de vestiges datant de cette époque. Les plus anciens éléments trouvés sur le site datent de l’époque Khmère vers les XII et XIIIe siècles.

Le premier état attesté du stupa en 1566, c’est le roi Setthathirath dont une statue est érigée devant le cloître, qui construit et reconstruit le monument lorsqu’il installa la capitale du royaume à Vientiane. Détruit par les siamois au XVIIIe siècle puis à nouveau lors du sac de la ville en 1827, le stupa fut reconstruit par le roi Anou qui ajoute le cloître autour du Stupa.

Mais les années passant, le monument se dégrada à nouveau. Il fût restauré vers 1901 par l’Ecole française d’Extrême orient, mais les options architecturales choisies déplaisent à la majorités des Laotiens qui voudraient retrouver une forme plus proche des origines. En s’appuyant sur des documents anciens, le gouvernement laotien modifie donc le monument vers 1930, pour lui donner sa forme actuelle.

Ce ‘That’ qui trouve son origine dans le ‘Stupa’ indien recouvre un édifice antérieur contenant une relique du Bouddha. Il symbolise également la montagne cosmique marquant le centre du monde.

Partagez à mes amis sur les réseaux sociaux :
adipiscing ipsum mattis risus elit. sed pulvinar mi,