Boun Makha Bouça

C’est la fête du Makha Bouça, Makha Bouxa (ou Boussa), ou encore Makhaboucha.

Elle commémore l’anniversaire du premier sermon de Bouddha devant une assemblée de mille deux cent cinquante arahat (saints bouddhiques). Les bonzes se réunissent pour prêcher et les fidèles se rendent à la pagode pour leur offrir des présents et écouter leurs sermons. Le bonze y bénit une coupe remplie d’eau. L’eau, symbole de purification et d’acte pieux. Lors de cette cérémonie, et du rituel entourant les bougies en particulier, le feu possède une fonction de purification, au même titre que l’eau. Le feu aide à expier, à faire disparaître les fautes, et une fois associé à l’eau bénite, il protège et “apporte beaucoup de chance dans la vie”.

Comme lors de toute fête religieuse, les festivités commencent dès l’aube avec la cérémonie des offrandes, particulièrement suivie ce jour-là. Ensuite, c’est au temple de leur village que se donnent rendez-vous les fidèles qui prieront et donneront de l’argent, soit directement, soit par l’intermédiaire d’une sorte d’arbre sur lequel pendent des billets, tandis que les bonzes réunis chantent leurs sermons lancinants.

D’après Henri Deydier (Introduction à la Connaissance du Laos), en voici l’origine :

“Prés de Vaîsali, dans le bourg de Bélouva, une grave maladie frappa le Bouddha, il était près de la mort. Il songea alors à ses disciples : “Il ne convient pas que j’entre dans le Nirvâna sans avoir conversé avec ceux qui prenaient souci de moi, sans avoir parlé à la Communauté des disciples”. Après leur avoir parlé, il eut la visite de Mâra, le démon bouddhique, et il lui dit : “Ne t’inquiète pas, ô Malin, dans peu de temps ce sera le Nirvâna”.

Le Makha Bouça est aussi appelé Magha Puja et marquerait les 4 bons augures :

1) c’est ce jour-là que 1250 disciples se sont retrouvés au temple de Veruvana

2) Tous les disciples furent ordonnés bonzes par le Bouddha lui-même

3) tous les disciples étaient venus spontanément, sans que personne ne les y invite

4) c’était un jour de parfaite pleine lune.

Le Bouddha ce jour-là fit un sermon est qui est connu sous le nom de “Ovadha Patimokha”, dont l’essentiel était de rappeler :

  • qu’il ne faut pas commettre de pêcher
  • qu’il ne faut faire que le bien
  • qu’il faut se purifier l’esprit.

Cette date est considérée comme étant la fondation du Bouddhisme. Ce jour-là, les bonnes actions sont des actions qui apportent des mérites (voir Boun).

https://fr.tontonphet.fr/boun/

Partagez à mes amis sur les réseaux sociaux :
consequat. mattis Sed consectetur neque. in tristique luctus dolor efficitur. massa